Adopter un animal de refuge

J’ai vécu l’expérience d’un refuge pour animaux

Adopter un animal de refuge

Entrer dans un refuge pour animaux peut être une expérience difficile pour plusieurs raisons. Pour certains, il y a ce cruel sentiment d’impuissance qui vous gagne en découvrant un grand nombre d’animaux sans domicile, chacun installé dans une petite cage.

Pour d’autres, il y a ce combat constant contre la petite voix intérieure qui vous dit d’adopter TOUS LES ANIMAUX.

Parfois, juste de penser à adopter un animal est suffisant pour plonger quelqu’un en pleine anxiété paralysante.
Mais si vous êtes capable d’affronter l’expérience d’un refuge, même pour un court instant, quelque chose d’incroyable se produira, comme cela m’est arrivé.

 

L’irrésistible Gilmore

À l’été de 2011, non seulement j’ai visité un refuge, mais j’y travaillais déjà depuis plus de trois ans. Il y avait des jours où je me sentais impuissante et dépassée par les événements. Mais je tenais le coup, encouragée par tous les gens qui, chaque jour, venaient adopter un animal, le sauver.

Pendant trois ans, j’ai eu des conversations quotidiennes avec la vilaine petite voix qui me parlait au fond de mon cœur. J’étais étudiante à l’époque et j’arrivais à peine à payer le loyer, alors imaginez un autre chat. Je me faisais donc une raison.

Pendant trois ans, j’ai résisté à la tentation d’adopter TOUS LES ANIMAUX. J’ai résisté jusqu’à ce qu’arrive Gilmore. Il y avait quelque chose avec ce grand et magnifique chat moucheté qui m’attirait. Mon cœur disait « oui », mais mon budget (et mon copain) disait non.

Alors, j’ai continué à faire mon petit bonhomme de chemin. Les jours et les semaines ont passé et j’avais presque oublié le grand chat brun. Jusqu’à ce qu’une collègue qui travaillait au département de l’adoption me lance : « Il faut que tu voies ce chat; il donne des câlins ! »

À ma grande surprise, c’était Gilmore.

Il attendait toujours le foyer qui l’accueillerait pour toujours. Le personnel ne comprenait pas pourquoi personne ne l’avait ramassé, alors que c’était un chat si beau et sympathique. Il n’avait absolument rien qui clochait.

 

Le plus beau des câlins

Quand j’ai ouvert sa cage, il s’est soulevé sur ses pattes arrière, a mis ses grosses pattes blanches autour de mon cou et m’a donné le plus beau des câlins, comme pour me dire : « S.V.P., emmène-moi chez toi ».

C’est ce que j’ai fait. La question s’est réglée définitivement quand il a aussi mis ses pattes autour du cou de mon copain !

Et c’est ainsi que Gilmore est entré dans ma vie, un chat de refuge ordinaire doté d’une personnalité extraordinaire.

 

Changer son monde

Je ne nie pas que les refuges pour animaux sont des endroits difficiles à visiter. Mais prenez ceci en considération : pour paraphraser Karen Davison, sauver un animal ne changera sûrement pas le monde, mais pour un animal et vous, le monde changera pour toujours.

 

Au lieu d’acheter, adoptez!

Vous désirez avoir un nouvel animal? Au lieu d’acheter, adoptez!

Vous trouverez une section sur l’adoption dans notre page Liens utiles.

 

Kellie Piché est technicienne en santé animale à la Clinique vétérinaire de la Promenade.